Femme Battue et Violence Faite aux Femmes : 9 Points Clés

. Vidéo pour reconnaître et contrer les personnes culpabilisantes (marre-des-manipulateurs.com).

9 points clés pour comprendre les violences faites aux femmes


Cela semble invraisemblable, mais c’est une réalité : environ une femme sur dix est une femme battue !

Comment est-ce possible ?

Pourquoi autant de violences faites aux femmes ?

Dans cet article, vous allez découvrir :

Les 9 points clés pour comprendre la violence aux femmes

Comment s’installe la violence conjugale

Pourquoi certaines femmes sont victimes de violences et d’autres pas

Les 6 choses les plus utiles que vous puissiez faire si vous êtes une femme battue

 

Femme Battue

Femme Battue

.

Femmes battues, 9 points clés pour bien comprendre


Ce que vous devez savoir à propos des femmes maltraitées :

1. La violence conjugale est bien plus fréquente que vous l’imaginez et touche toutes les catégories sociales.

2. Les femmes sont plus souvent victimes de la violence dans le couple. L’homme est également victime de violence conjugale mais les « hommes battus » sont beaucoup plus rares et pour eux, les violences sont essentiellement psychologiques.

3. Les violences débutent souvent (ou redoublent d’intensité) durant la grossesse. Les trois quarts des femmes battues ont au moins un enfant.

4. Il ne faut pas confondre la violence faite aux femmes avec les conflits de couple qui dégénèrent. Lors d’une « simple » dispute, les deux conjoints peuvent en venir aux mains sans qu’il soit possible d’identifier un agresseur et une victime (les deux points de vue s’opposent dans un rapport d’égalité). Par contre, lorsqu’une femme est battue, il y a clairement un abus de pouvoir de l’homme et un rapport de force pour dominer la femme.

5. Quand on parle de « femme battue » ou d’« homme battu », on oublie souvent de prendre en compte la violence psychologique qui accompagne les coups et blessures. En réalité, la violence conjugale comprend à la fois la violence physique (bousculades, coups, gifles, morsures, strangulations, tortures, brûlures, séquestrations,…) ET la violence psychologique (harcèlement, dénigrement, humiliations, rabaissement, dévalorisations, critiques, reproches, chantages affectifs, intimidations, isolement, menaces, insultes,…)

« tu es une incapable ! »

« tu es une bonne à rien ! »

« si ça continue, je vais te tuer ! »

« tu es vraiment trop nulle ! »

Il est intéressant de noter que la violence psychologique commence pratiquement toujours AVANT l’apparition de la violence physique. Et dans la majorité des cas, une femme battue continue de se faire harceler entre les coups qu’elle reçoit. De plus, le harcèlement moral est parfois bien pire que la violence physique !

6. Un homme ne naît pas violent, il le devient au fil du temps. En parallèle, la situation de la femme battue a tendance à empirer avec le temps (d’où la nécessité d’agir rapidement pour s’en sortir).

7. Une femme battue qui ne réagit pas met en danger sa vie et sa santé (stress, anxiété, troubles du sommeil, troubles de l’appétit, peurs, perte de l’estime de soi, dépression, décès…) et parfois celle de ses enfants.

8. Les femmes battues ont souvent peur de ne pas être comprises ou prises au sérieux car les hommes violents ont un double visage : en société, ils sont charmants, séducteurs, courtois et adorables (comme monsieur tout le monde) et à la maison, ils sont méchants et violents.

9. On ne devient pas une femme battue par hasard ni du jour au lendemain…

.

Comment s’installe la violence conjugale ?


La violence dans le couple s’installe toujours de façon progressive et insidieuse.

Au début de la relation de couple, tout se passe bien.

Puis petit à petit les tensions apparaissent: cela commence souvent par un simple énervement, une agression verbale (insulte) ou de la manipulation mentale (reproche, chantage), parfois une crise de colère.

Le partenaire violent fait comprendre à sa conjointe qu’elle ne répond pas à ses attentes et ses besoins.

« j’ai commencé à subir des insultes au quotidien »

« il savait mieux que moi ce qui est bon pour moi »

« il me prend pour une imbécile »

« il ne cesse de me ridiculiser »

Il s’ensuit un passage à l’acte violent.

Selon le docteur Marie-France Hirigoyen, c’est bien avant la première gifle, dans les mots, que la violence prend racine.

Généralement, le problème vient de l’incapacité du mari à rester maître de lui-même et sa difficulté à exprimer ses émotions autrement que par la violence physique.

Malheureusement, avec le temps qui passe, les actes ont tendance à devenir de plus en plus rapprochés, graves et violents.

Il se passe alors 2 phénomènes :

  1. D’un côté, l’homme violent prend le pouvoir progressivement et domine sa femme.
  2. De l’autre côté, la femme battue se soumet et prend de plus en plus peur. Elle est sur le qui-vive, se sent impuissante, paralysée et tétanisée.

La prise de contrôle se fait toujours de façon insidieuse et sournoise :

A chaque fois, le mari va exprimer ses regrets, minimiser les faits, tenter de se justifier et se faire excuser pour son comportement violent. Il fait porter la responsabilité de ses actes à sa partenaire.

C’est donc la réconciliation « je te promets, je ne recommencerai plus » mais la responsabilité est transférée sur la victime… qui accepte et pardonne !

La femme battue se met à espérer que les choses vont s’arranger… néanmoins, un climat de peur et de tension permanent se crée.

Sans en être consciente, la victime va se sentir coupable de ces violences et va perdre son estime et sa confiance en soi. Elle entre dans la spirale de la violence conjugale.

.

Qu’est-ce qui fait la différence entre une femme battue et une femme qui ne l’est pas ?


Toutes les femmes peuvent un jour où l’autre se retrouver sous l’emprise d’un conjoint violent.

Mais il y a 3 « erreurs » qui sont commises – sans le vouloir – par les femmes battues et qui aggravent la spirale de la violence.

Première « erreur » : La femme battue ne s’affirme pas, elle ne fixe pas clairement et fermement ses limites face à son mari violent.

Pire encore, au lieu de se défendre, elle aura plutôt tendance à excuser son mari pour sa violence. Ce phénomène de « non affirmation » et de soumission aura inévitablement pour effet d’aggraver sa situation.

Deuxième « erreur » : La femme qui est maltraitée va progressivement perdre son indépendance jusqu’à devenir complètement soumise et dépendante de son mari violent. La dépendance peut prendre plusieurs formes : financière, économique, affective, psychologique, amoureuse…

Pour ne pas lui déplaire et éviter de le perdre, elle a tendance à vouloir en faire toujours plus pour le satisfaire et ainsi tolérer tous ses excès…

Troisième « erreur » : La femme battue se laisse manipuler par son mari. Elle culpabilise de plus en plus et tombe sous son emprise psychologique. Elle prend le rôle de victime dans le triangle de Karpman. A force de subir un lavage de cerveau, elle finira par se convaincre que le comportement violent de son mari est entièrement de sa faute.

Si vous êtes une femme battue, je vous encourage à tout faire dès maintenant pour fuir cette situation.

Voici les 6 choses les plus utiles que vous puissiez faire quand vous êtes victime de violences conjugales

Le Guide Pour Maîtriser les Personnes Toxiques

.

Copyright ©2016 All Rights Reserved - Tous Droits Réservés

.


Laissez ici Votre Commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Pin It on Pinterest

Share This