Femme dépendante Affective et Battue par son Mari (témoignage)

. Vidéo pour reconnaître et contrer les personnes culpabilisantes (marre-des-manipulateurs.com).

« Pendant des années, j’ai été dépendante affective et je donnais tout aux personnes que j’aimais sans rien garder pour moi. Ça me détruisait également… »

Dans un nouveau témoignage (que je vous propose de lire ci-dessous), vous allez découvrir comment Nathalie a eu le « déclic » qui lui a sauvé la vie et ce qu’elle a fait ensuite pour aller « beaucoup mieux » et s’en sortir.

 

Témoignage

Témoignage d’une femme libérée de sa dépendance affective

Nathalie a répondu au commentaire suivant (de Gwen) :

Gwen : « Voilà l’image que je peux donner du père de ma fille, avec lequel je ne suis plus, Dieu merci, mais duquel je cherche à protéger mon enfant: un homme capable de me soutenir droit dans les yeux que non, ce n’est pas une robe rouge que je vois, mais un pantalon vert, que je devrais consulter, que je dois être daltonienne! Et si j’ai le malheur de demander l’avis d’un tiers, monsieur prend un air navré en me regardant: « mais oui, je lui dis depuis le début que c’est une robe rouge! Elle ne voulait pas m’écouter et voulait me persuader du contraire… »

Voici donc la réponse et le témoignage de Nathalie :

« Tout à fait ça, Gwen !

Je l’ai vécu pendant 11 ans avant de comprendre que je finirais par me tuer ou le tuer si je ne trouvais pas la force de fuir. Finalement, j’ai réussi à demander le divorce en prévenant les autorités qu’il chercherait à me tuer dès qu’il l’apprendrait. En effet, il m’a battu une fois de plus (une fois de trop) et j’ai porté plainte.

Il est allé jusqu’à me menacer de mettre le feu au logement que j’habitais avec les enfants, de tuer nos 2 filles s’il n’en obtenait pas la garde. Dans un premier temps, il ne l’a pas eue mais il a manipulé nos enfants, lorsqu’elles allaient chez lui et elles ont fini par demander au juge d’aller vivre chez lui. Ça m’a bouzillé le coeur et ça a duré des années. Des années de vie qu’il a foutu en l’air et où je ne voyais mes enfants qu’au compte gouttes.

Puis, les filles ont grandi et se sont rendu compte qu’il n’avait pas demandé leur garde parce qu’il les aimait mais juste pour me faire mal. Alors, dès qu’elles ont été majeures, elles ont fui de chez lui, elles aussi, et on a retissé des relations privilégiées. Ca fait des années qu’elles ne veulent plus avoir aucune relation avec leur père même s’il les a culpabilisées à mort pour cette décision. Depuis qu’elles et moi ne sommes plus sous sa coupe, nous nous sommes construites, enfin.

Quand je l’ai rencontré, j’avais 16 ans, des parents hyper stricts qui ne m’aimaient pas et je ne connaissais rien de la vie. Il m’a séduite et s’est montré sous l’apparence d’un sauveur. On s’est marié et je pensais enfin être heureuse. Ça n’a pas duré longtemps : très vite, il m’a battue, violée, humiliée, trompée, isolée de mes anciennes amitiés, rabaissée devant ses copains mais aussi (et c’est le plus dur), devant les enfants (un jour, une de nos filles m’a dit : « De toute façon, toi, t’es conne, c’est papa qui l’a dit ! »).

Je n’avais personne à qui me confier, il me surveillait et m’espionnait tout le temps. J’en avais assez de vivre mais je ne pouvais pas abandonner mes enfants.

Un jour, la situation suivante m’a fait réfléchir et, peu à peu, je me suis décidée à demander le divorce.
Ma fille aînée, âgée de 5 ans, tardait à finir son assiette. Je lui ai dit : « Mange ta soupe, ça fait grandir ! ». Elle m’a répondu : « Je ne veux pas grandir. Je ne veux pas devenir une femme parce qu’une femme, ça a juste le droit de se taire et d’obéir et d’être malheureuse. » Je suis restée sidérée par le modèle de la Femme que je donnais à mes filles et j’ai eu le déclic. J’ai galéré plus de 2 ans pour obtenir le divorce mais je l’ai eu.

Avec le recul (ça fait 23 ans environ), je sais que ça a été la meilleure décision que je n’ai jamais prise de ma vie. Par contre, pour y parvenir, il m’a fallu un énorme travail sur moi-même et beaucoup de foi en l’avenir.

Pendant des années, j’ai été dépendante affective et je donnais tout aux personnes que j’aimais sans rien garder pour moi. Ca me détruisait également. Depuis peu, je réussis à me mettre au centre de ma vie (sans devenir égoïste pour autant) et je vais beaucoup mieux. Cet « homme » a foutu ma vie en l’air pendant de nombreuses années mais il n’a pas réussi à tuer cette petite étincelle que j’avais dans le coeur.

Comme disait Nietzsche : « Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort » mais, pour échapper à la mort, il m’a fallu batailler ferme !

J’espère que mon témoignage pourra être utile à d’autres personnes »

 

Je remercie Nathalie d’avoir pris le temps de nous écrire et nous envoyer ce beau témoignage. Merci aussi d’avoir autorisé sa publication pour aider d’autres victimes à lutter plus efficacement contre les maris pervers narcissiques et violents.

 

Le Guide Pour Maîtriser les Personnes Toxiques

.

Copyright ©2016 All Rights Reserved - Tous Droits Réservés

.


1 Commentaire

  1. Moi aussi j’ai été battue bafouee et aujourd’hui j’aimerais reconstruire une vie de couple mais j’ai toujours l imprehension de revivre cela un côté le oui un autre le non je ne rencontre que des hommes narcissiques pervers egoistes
    Merci
    Sylvie

Laissez ici Votre Commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Pin It on Pinterest

Share This