Femme Manipulatrice : 20 Signes Pour la Reconnaître (à Coup Sûr)

. Vidéo pour reconnaître et contrer les personnes culpabilisantes (marre-des-manipulateurs.com).

Pouvez-vous repérer d’un coup d’oeil une femme manipulatrice ?


Combien de fois vous êtes-vous interrogé sur les femmes manipulatrices ?

Imaginez que vous puissiez être parmi les tout premiers à repérer la présence d’une femme manipulatrice…

Imaginez que vous puissiez la contrer rapidement et sans avoir à subir ses attaques ou à tomber sous son emprise…

Dans cet article, je vous propose de découvrir les 20 signes qui vous permettront de détecter facilement les femmes manipulatrices.

 

Reconnaître une Femme Manipulatrice

Femme Manipulatrice

.

Les manipulateurs ne sont pas tous des hommes !


On a souvent tendance à associer le comportement manipulateur à l’homme. Mais il est bien évident que les femmes peuvent aussi se montrer cruelles envers les hommes.

Ainsi, les femmes manipulatrices mais aussi les femmes perverses narcissiques seraient beaucoup plus nombreuses que certains le pensent…

Le phénomène n’est pas nouveau et les hommes sont de plus en plus nombreux à se rendre compte qu’ils sont la victime d’une femme manipulatrice en amour.

Avec une femme perverse narcissique, la manipulation peut apparaître dès la phase de séduction ou plus tard durant la période de couple ou encore après une séparation en cas de rupture sentimentale.

Quand un homme est victime d’une femme manipulatrice, le sentiment de honte peut prendre une place importante et rendre plus difficile d’en parler et s’en sortir. Les conséquences peuvent être dramatiques.

Le problème lorsqu’on est manipulé par une femme est le même que pour la femme victime d’un homme manipulateur : la souffrance psychologique et la difficulté à sortir de l’emprise.

D’autant plus que dans le couple, la femme manipulatrice en amour profite de la dépendance affective : l’homme continue d’aimer sa femme manipulatrice même si celle-ci le fait souffrir !

.

Comment reconnaître une femme manipulatrice ?


Une femme manipulatrice se reconnaît principalement à son comportement qui vise à dominer et contrôler l’homme. Son but est de le contraindre à faire uniquement ce qu’elle veut (la femme castratrice est un bel exemple).

La femme perverse narcissique ira plus loin encore et son but sera de détruire l’homme à son profit (on parle alors de femme manipulatrice destructrice).

Quels sont les signes que vous devez surveiller pour ne pas tomber sous l’emprise d’une femme manipulatrice ?

.

Voici les 20 signes qui vous permettront de reconnaître toutes les femmes manipulatrices


1- Une femme manipulatrice ne reconnaît pas ses torts et ne se remet jamais en question.

2- Elle vous fait constamment douter de vous au point que vous finissez par vous demander si ce que vous faites est bon ou pas.

3- La femme qui manipule s’applique à faire des reproches pour culpabiliser les autres. Elle a toujours quelques chose à vous redire et parvient à vous faire croire que tout est de votre faute. (même son comportement manipulateur est à cause de vous !)

4- La femme manipulatrice exploite à fond votre problème de dépendance affective. Par exemple, elle abuse de votre « gentillesse » et profite de vos peurs : peur de lui déplaire, de perdre son amour. Elle sait que sans elle votre vie n’aurait plus de sens, que vous en ferez toujours plus pour elle, que vous l’excuserez toujours de ses excès, etc.

5- Les manipulatrices n’hésiteront pas à maltraiter physiquement les hommes qui sont alors victimes de violences et agressions physiques.

6- La femme manipulatrice en amour joue avec les sentiments de son conjoint. Elle abuse de ses atouts de charme pour mettre l’homme sous emprise. Elle détourne les sentiments pour asseoir son pouvoir. Elle remet en cause les sentiments que vous avez pour elle. Elle fait du chantage affectif.

7- Il s’agit d’une femme qui entretient des relations toxiques et difficiles avec la plupart des personnes de son entourage (conjoint mais aussi amis, collègues, parents, enfants,…)

8- Les femmes manipulatrices exploitent vos faiblesses : vos défauts, vos échecs, vos blessures narcissiques, votre mauvaise estime de vous, votre caractère « faible », votre manque de confiance en vous, votre complexe d’infériorité, vos difficultés à vous affirmer, etc.

9- La femme manipulatrice cherche à instaurer une relation de pouvoir avec pour but de vous contrôler et vous soumettre devant elle. Elle a le don de vous faire sentir faible et impuissant face à elle. Dans le couple, la manipulatrice va détourner la sexualité pour en faire un jeu de pouvoir sur son partenaire. L’homme se retrouve en position d’infériorité.

10- La relation toxique avec la femme manipulatrice vous embrouille le cerveau et vous épuise (physiquement et moralement).

11- La manipulatrice cherche à prendre le contrôle de votre vie en vous isolant des personnes qui vous sont chères pour que vous deveniez complètement dépendant d’elle. Si elle le peut, elle vous rendra financièrement dépendant d’elle.

12- La femme manipulatrice se montre insatisfaite et ne vous accepte pas comme vous êtes. Vous êtes la mauvaise personne et elle cherche à vous changer. Vous avez un sentiment de ne jamais être à la hauteur. Au final, vous doutez complètement de vous !

13- La femme manipulatrice destructrice vous attaque personnellement : critiques, dévalorisations, dénigrements, humiliations, moqueries, rabaissements,…

14- Elle vous stresse, vous met mal à l’aise, mal dans votre peau, vous décourage et vous n’êtes pas heureux. Petit à petit, vous perdez le contrôle de votre vie.

15- La femme manipulatrice vous fait souvent sentir que vous avez bien de la chance qu’elle s’intéresse à vous…

16- La femme manipulatrice narcissique est égocentrique, elle ne parle que d’elle-même et ne s’intéresse pas aux autres (manque d’empathie).

17- La femme manipulatrice perverse narcissique éprouve de la jouissance face à la souffrance d’autrui.

18- La manipulatrice souffle le chaud et le froid ; elle envoie des messages contradictoires : « je t’aime » puis « casse-toi idiot ! »

19- Les femmes qui manipulent leur conjoint sont souvent menteuses, jalouses, calculatrices ou infidèles. Il n’est pas rare qu’elles aient été déçues antérieurement et veulent prendre leur revanche sur les hommes.

20- Les femmes manipulatrices se reconnaissent par leur manque d’estime et de confiance en elles. En prenant le pouvoir sur les hommes, elles veulent se protéger, se rassurer et compenser leur vide intérieur.

Le Guide Pour Maîtriser les Personnes Toxiques

.

Copyright ©2016 All Rights Reserved - Tous Droits Réservés

.


25 Comments

  1. Nono66

    Bonjour à tous
    Voilà je suis marié à une femme depuis 13 ans des le lendemain de notre mariage déjà sont pere et elle ils ont simulés un vol de champagne lors de la soirée de notre mariage et bien sûr pour eux c’était mes parents donc grosse histoire et la moi naïf ils m’ont écarté de ma famille déjà sa commencé. Après nous avons eu un fils merveilleux et la à commencé le cauchemard les mensonges … tout d’abord elle a tout fait pour me séparer de ma famille en se faisant passer pour la pestiférés la victime des miens ensuite elle s’est mis à me cacher le courrier je n’ai aucun regard sur les comptes bancaires même sa mère un jour ma appelé pour me mettre en garde mais moi toujours naïf et surtout peureux de voir la vérité j’ai laissé faire elle nous a ruiné et à chaque fois que je lui demandé des comptes elle se mettait dans une collere folle . Ensuite bien sûr elle m’a trompé alors la sa a été terrible elle était hystérique elle partait tous les soirs et tous le toutime elle était même pas discrète mais elle s’en rendait même pas compte la pareil j’ai surpris des messages mais elle m’a rit au nez en me disant que c’était pas vrai et que c’était qu’un confident et elle a retourné tous contre moi en criant partout que c’est moi qui a une maîtresse je peux pas tous vous raconter tellement il y en a
    Moi j’ai un caractère bon j’ai horreur des conflits sa me tétanise et sa elle le sait j’en ai marre après plusieurs pardons de ma parts maintenant je dit stop je suis à bout donc j’ai décidé de divorcé mais j’ai la trouille car je vie en ce moment un enfer elle ne dort plus avec moi bon sa encore normal elle se fait passer pour la victime et moi je suis un monstre envers elle mon fils …. je le vie très mal ,j’ai peur toujours de ses réactions je m’attends à tout avec elle je cherche des conseils merci

  2. napoléon

    Depuis un mois, je tente de sortir d’une histoire invraisemblable qui dure depuis 27 ans.
    En 1990 je croise à l’école où allaient mes 2 enfants, un papa (je l’appelle B) et une maman (C) charmants, ma femme d’alors (M) me fait remarqué que C est superbe, .. en effet je n’y avais pas fait attention. Elle est magnétique
    De plus, ils font comme moi du parapente, du ski, de l’escalade, du bateau, bref, des activités (paraît-il) border-line. Une amitié solide se noue entre nos deux familles (4 enfants très proches + les 4 parents), nous partons souvent en vacances ensemble en camping car.
    Nous les introduisons dans notre cercle d’amis montagnards et parapentistes.
    Le père B se révèle rapidement être un homme insupportable par sa manière d’avoir raison en tout, de se gargariser de mots, d’avoir toujours la dernière réplique quitte à finir nos soirées ou nos sorties en montagne quasiment en pugilat.
    Un ami proche, psychiatre, pose rapidement un diagnostique : pervers narcissique. Nous le savons tous, nous nous méfions de ses réactions, « on s’écrase » souvent pour ne pas pourrir nos soirées. Quand B et C ne sont pas là, ils alimentent les conversations, et en particulier, la « pauvre C », qu’est-ce qu’elle « ramasse » « comment peut-elle le supporter » etc… Pourtant elle reste tout sourire, toujours aussi magnétique. M, ma femme d’alors embauche la belle C dans sa toute petite entreprise de graphisme. Ou elle fait merveille. Petit à petit, elles ont la quarantaine maintenant, elles se mettent à sortir le soir toutes les deux, à rentrer tard, 1h, 2h, à la fermeture des bars. Je me souviens avoir été saisi de sourdes angoisses lorsqu’elle partaient en goguette, M. me faisant croire qu’elles restaient travailler tard au bureau.
    C’est que ma femme me raconte les frasques de C qui a pris un amant, avec le détail de leur première rencontre…
    De sourde, mon angoisse devient palpable.
    Ce qui devait arriver arriva, M. tombe amoureuse d’un amant, elle aussi, je le découvre par hasard, mais elle ne veut pas détruire notre famille, elle m’aime ne veut pas que je parte mais ne peut pas le quitter (elle me parle de son ventre qui se tord à cette idée…!). Et ça dure deux ans pendant lesquels je dépéris sous les yeux de la belle C.(j’ai perdu 15 kg). Un jour, C me dit que je dois faire quelque chose, je ne peut pas continuer comme ça. Je demande fermement alors à Marie de se décider « là, maintenant, pas demain ». « Alors c’est lui » Rideau. Fin du monde, bref séparation brutale, quasiment sous les yeux de C. On est en 2000. Je suis nu comme un nourrisson dans le caniveau.

    Psychologue, trou noir, et pendant 2 ans, beaucoup de femmes se disputent le plaisir de me consoler, Sophie, Babette, de nombreuses autres. Je reconstruit petit à petit mon image, dans tous ces bras auxquels je dois énormément, je les ai aimé, vraiment, incapable de me protéger, elles ont été magnifiques et apaisantes. Pardon pour le mal que j’ai pu vous faire.

    C. de son coté, continue sa vie de famille avec B., son PN. Je sais que parfois leur dispute finissait en combat de rue, mais qu’elle ne s’en est jamais laissé compté, elle ripostait physiquement.

    Pendant ces années, je continuais régulièrement à voir C. et grimper, voler, skier avec elle et nos 4 enfants. Je suis amoureux, bien sûr, comment ne pas l’être. Elle ne fait jamais un pas vers moi, mais un jour nous faisons une virée dans les Alpes, elle et moi, (je ne sais pas comment elle a justifié ça auprès de son mari B). Là, je me décide… à lui prendre la main.

    Un soir que je discute avec B. et C. nous parlons d’amis à eux, dont le mari s’est suicidé après avoir tenté d’assassiner sa femme. Il faut dire qu’elle était de retour d’une escapade de 15 jours qu’elle s’était accordée dans les îles avec un autre homme.

    B. défend farouchement l’assassin, « c’est normal, avec ce qu’elle lui a fait subir ». Je ne cède pas, cette fois ci je résiste à tous ses arguments de pacotille, ça finit dans des hurlements et par mon départ. Les enfants, qui assistent à la scène, sont horrifiés. J’y vois un danger imminent et mortel pour ma belle C, je l’alerte.

    Peu de temps après, lors d’une sortie montagne, B. est absent, je suis avec C. et d’autres amis, elle dort dans mon camping car et je me lance, je l’embrasse, elle fond, elle me dit « j’ai peur » je ne comprend pas tout de suite. Nous passons une nuit inoubliable.

    Je suis maintenant son amant, ma compagne du moment sent bien que quelque chose cloche, elle me quitte, ça ne me fait ni chaud ni froid, je ne l’aimais pas vraiment, je n’avais d’yeux que pour C.

    Et commencent 3 années éblouissantes avec C., ou nous partons régulièrement faire de l’escalade, du ski, du parapente, sans B. J’ignore encore comment elle a pu imposer tous ces we à B, elle ne veut jamais en parler.. Ca paraissait glisser sur sa carapace.

    Été 2005, je pars dans une chaîne de montagne exotique, seul, pour aller voler, et partir sur les traces de mon père (qui était alpiniste aussi). Ca faisait longtemps que j’en rêvais.

    A mon arrivée, une belle surprise m’attend sous forme d’un SMS : elle arrive en avion demain. Nous passons alors les quinze jours les plus éblouissants dont je pouvais rêver. De vol en vol, de trekking en trekking, nous nous retrouvons dans des situations invraisemblable, sans un sous, ni rien à manger pendant plusieurs jours, on perd des kilos à marcher lourdement chargés, affamés, pour aboutir sur un site d’une civilisation ancienne complètement improbable. Pendant 5 jours de marche, nous avions pour nous repérer qu’une simple carte, tracée pour nous par un guide local sur un coin de nappe, avec 3 noms de villages.

    Maintenant, elle doit rentrer, elle imagine que cette escapade lui a remis les idées en place, et que son couple va se reformer tranquillement…!!! Bien évidemment, B. est fou de rage, jète ses affaires dans la rue, la « répudie » selon ses mots, de manière très violente (je n’ai pas assisté à la scène), heureusement le sang n’a pas coulé, il aurait peut-être pu. Je ne sais pas si leurs enfants ont assisté à cette scène. Il leur explique que « leur mère est une salope, une pute ».

    Elle prend un appartement. On doit « faire tous les deux un bout de route ensemble » aurais-je dit. Entretemps, elle a cessé de travailler chez M., mon ex femme, elle est sans le sou. Elle lui pique des clients de manière pas très élégante, survie oblige.

    Nos relations commencent à déraper… Je met ça sur le compte de sa séparation avec B.
    En 2006, elle part, seule (?), pour un voyage de 15 jours en Birmanie, je crois. Elle m’envoie des mails enflammés et me ramène un cadeau.

    2008 je viens d’hériter de la vente d’une maison de famille et comme je suis malin comme un singe (!), je lui met le couteau sous la gorge : « on prend une maison ensemble où on se sépare »

    Elle cède, on achète une maison, et là ça part complètement dans le décor. Plus de sexe, un long et permanent malaise.

    Reproches récurrents concernant surtout les enfants : elle aurait voulu recréer un foyer avec tout ce que ça comporte, mais…, je ne m’occupe pas bien de mes enfants.

    2009 Elle m’annonce qu’elle va habiter ailleurs (à l’autre bout de la France, 800km) c’est le seul endroit ou elle a trouvé un boulot (diriger et développer une base nautique)

    Les années suivantes, je tente de faire survivre des bribes de ce que je voyais comme l’Amour, avec un grand A. Et elle recule, recule, je lui dis qu’elle détricote ce que nous avions de commun. On se voit tous les mois, puis tous les 3 mois, de plus en plus rarement, et à chaque fois c’est pour moi un éblouissement. Je ne vis que par elle, pour ces rencontres de plus en plus rares.

    Un extrait de mails qui me parait significatif de qui elle est vraiment, un des rares moments où elle s’est livrée, ou je suis devenu son « ami »:
    ======================================
    Le 14 sept. 2012 à 00:31, C. a écrit :

    Peut-être le stylo m’aidera à formuler mes sentiments… oui je suis passée dans une autre phase de ma vie avec des prises de risque, des engagements, ce n’est pas vraiment cela qui est nouveau, c’est que pour la première fois de ma vie l’investissement est valorisant, enrichissant, je me sens dans mon élément comme si je cherchais cela depuis longtemps. Je n’osais pas, je n’avais pas confiance.. La convivialité, le partage, le côté relationnel de ce travail me comble. La vie dans la nature me répare, m’équilibre, me soigne.

    Je donne beaucoup de mon temps et en même temps j’ai besoin aussi de temps pour moi, de solitude surtout après l’été, ce temps je ne me l’accordais pas, sans doute avais-je peur de me confronter à moi-même, et sans valorisation sociale le miroir n’était pas très beau à regarder.

    Je me sens plus forte, j’ai envie de dire qui je suis et je ne suis pas dans la norme, je ne sais pas aimer comme les autres, j’ai raté des étapes et je cherche, je me cogne la tête, mais lorsque je prend vraiment le temps de me poser j’ai envie de crier ma liberté, celle que je ne sais me donner en vivant près de quelqu’un, je ne sais pas faire, cette vie me puise de l’énergie, m’éteint, m’empêche d’être sur mes deux pieds. Au mois de juillet j’ai expérimenté pour la première fois cette forme de vie « individuelle » et je me suis découverte heureuse, vivante. J’avais besoin de tes nouvelles mais notre relation se transformait déjà pour moi comme un lien fraternel, d’amitié profonde qui me laissait place à exister entière. J’attendais ton retour même si je savais que tu allais arrivé dans une période où je serai très prise et que je redoutais ce moment où je ne pourrais te donner ce que tu attendais. J’allais me retrouver à nouveau entre deux en faisant tout mal, sans arriver à équilibrer.

    Depuis que j’ai quitté B. je n’ai pu rassembler ces conditions, je n’ai pas su l’imposer alors que c’est à ça que j’aspirais, lorsque j’ai emménagé dans mon appart je voulais le premier soir me retrouver seule avec mes enfants, reconstruire un petit nid, je n’avais pas de place pour toi, tu es resté la première nuit et j’étouffais, je ne savais comment te dire. Je sais que toi tu aurais su le faire. Dans ta manière de vivre j’ai beaucoup appris dans ce sens, dire ce dont on a envie, ce dont on a pas envie, mais je n’ai pas su me l’approprier.

    Je crois que depuis le début notre relation pour ma part est basée sur une profonde amitié, le bonheur de pouvoir se confier l’un à l’autre depuis très longtemps avant d’être ensemble et puis une nuit tout a basculé et là j’ai plongé dans un désir fou de reconnaissance, d’être regardée d’une autre manière, valorisée dans ton regard et j’ai tout lâché, tout donné jusqu’à te rendre fou toi aussi. Ce coup de foudre a tout balayé sur mon chemin, ma famille, mon foyer, j’étais dans la fuite mais pour aller où, je ne voulais surtout pas te perdre et aujourd’hui je te garde en otage pour les mêmes raisons, aussi égoïstes, ne pas te perdre. Ce sentiment est renforcé aujourd’hui parce que la rupture avec B. a été tellement violente qu’après 20 ans de vie commune ça a été le grand vide, le néant, une souffrance terrible, noyée de culpabilité. J’ai toujours pensé que je la méritais, que ce que j’ai fait vivre à B. était odieux, partir avec son meilleur ami… cette culpabilité m’a rongé plus d’une fois, dans mon appart un peu plus indépendante ça allait mieux et puis il y a eu la maison, là c’est toi que j’avais peur de perdre si je n’acceptais pas. J’ai sombré, pourquoi ne pas avoir dit qui j’étais, ce que je voulais, j’étais débordée à cette période, j’ai lâché…

    Après j’ai construit ma vie en trouvant un chemin de traverse, l’éloignement allait me rendre ma liberté que je n’ai jamais su préserver, nourrir tout en vivant à deux. Mais je me rend compte aujourd’hui combien je te prend en otage à t’imposer cette vie, et jusqu’où irais-je pour me rendre compte de l’évidence. Je ne sais pas aimer, je ne m’aime pas assez pour pouvoir donner à l’autre, je ne sais pas m’engager dans une relation à deux. Lorsque tu étais avec XX j’avais une sorte d’équilibre, je te savais avec quelqu’un, je partageais de belles choses avec toi, cela ne me dérangeais pas que tu sois dans les bras d’une autre. Comment peut-on être comme ça !!! comment suis-je faite pour pouvoir accepter ça sans souffrance aucune !!!

    Lorsque j’ai rencontré B. nous avons vécu à trois pendant 6 mois, ça ne m’a pas posé de problème ! Pierre comment puis-je être ça !

    Je ne sais pas où je vais, je veux apprendre, je veux chercher, aller au bout mais je ne veux plus t’entraîner dans ce délire, j’aime partager les moments de montagne avec toi, quelque chose me lie à toi très fort, une complicité, mais plein d’autres choses nous séparent. Tu n’as pas besoin des gens comme j’en ai besoin, tu n’as pas besoin des enfants comme j’en ai besoin,  tu es sur un autre mode de vie, la maison n’y a rien changé, je voulais re-créer une famille, tu n’y a pas participé, je te respecte, tu n’y es pas obligé mais je ne m’y suis pas retrouvée. Je rêvais d’une vie d’aventure avec les enfants, au quotidien comme en vacances, ça ne s’est pas fait. 

    Le noyau d’un foyer n’a pas existé, j’ai du m’éloigner pour le vivre avec mes enfants. A travers la voile et la vie de groupe à laquelle ils participent je partage plein de choses avec eux, je les retrouve.

    Je ne sais où va cette écriture, je suis fatiguée, je n’ai pas eu assez de solitude pour moi pour être claire, tout me semble fouillis, j’aimerai tant te formuler ce que je ressens.

    Je continuerai de t’écrire si tu veux bien. Je voudrais juste te dire que tu comptes pour moi, que notre histoire évolue, que je ne veux plus que tu attendes, que je veux aller au bout de cette expérience mais que je ne veux pas te perdre….

    je suis fatiguée…

    Je voudrais te dire combien je suis reconnaissante envers tout ce que tu m’as apporté, tu m’as donné confiance lorsque je doutais, tu es d’une tolérance extrême dans laquelle moi et beaucoup d’autres auraient beaucoup à apprendre, ta patience, ta recherche de compréhension de l’autre me bouleverse, pour tout ça je t’admire mais je ne peux continuer à t’imposer mes délires. 

    Répond moi

    Tendresses
    ================ fin de son mail==============
    2015 : La maison est un gouffre financier, les enfants sont tous partis, elle s’en désintéresse totalement. Vente de la maison, elle travaille toujours à l’autre bout de la France, elle ne lève pas le petit doigt, je m’occupe de tout le déménagement, y compris le sien « tu peux trouver un garde-meuble ? », je refais les parquets, seul, je redonne un coup de peinture, seul, je trouve un locataire, seul, je prend un colocataire, seul.

    Fin 2015, on se sépare, je trouve une maîtresse E., extraordinaire de sensualité. Toutes les femmes que j’ai croisées m’ont été d’un grand secours. Je crois que toutes, ou presque ont saisi la nature de mon malaise. Aucune(?) ne m’en tient rigueur,

    C. me sent lui échapper, elle me rattrape. Je laisse tomber sans délai la pauvre E. Je m’en suis expliqué avec elle, je continue à la voir.

    2016, avec C. on passe quelques moments lumineux et inoubliables. Grâce à E., je parviens à prendre un peu de distance. C. me relance, elle m’appelle, m’envoie des mails, toute miel. Je dois la rejoindre pour les vacances de la Toussaint, mais c’est compliqué, finalement je ne viens pas. Je crois que là, elle met le grappin sur une autre proie, puis je pars 1 mois en Colombie (parapente toujours), elle navigue aux Antilles avec ses enfants. Au printemps 2017 elle vient vérifier chez moi je ne sais quoi, son pouvoir de séduction j’imagine, il est intact. Je l’accueille comme d’habitude, elle me rassasie du feu d’artifice usuel, en bord de mer, en parapente, dans des vents border-line.

    Le bouquet final : en juin 2017, on doit se voir, elle m’accueille comme au premier jour, on fait un vol magnifique en parapente, tous les deux seuls, au crépuscule. C’était un moment romantique à souhait. Allongés l’un contre l’autre, seuls sur la plage. « Pierre j’ai quelque chose à te dire ». Elle a quelque chose à me dire, autre chose que du vide ! Je suis tout ouïe ! « j’ai rencontré quelqu’un ». Coup de poignard, je pique une colère noire, je m’en vais. Elle s’effondre, complètement. Elle me convainc de rester dormir, je suis fatigué du voyage de la nuit dernière, je cède. Au milieu de la nuit, je ne dors pas, je me lève pour partir, elle me rejoint, re larmes, « non, viens on va passer trois jour à faire du kite » c’était le programme initial. « Non C. » et, je pars. Attendez, ça n’est pas fini !! Je roule une demi-heure, elle m’appelle, je m’arrête pour lui répondre, et je vois sa voiture arriver. Elle se précipite en pleurs dans mes bras, s’agrippe à moi, sanglote, elle souffre réellement, je ne l’ai jamais vue dans un état pareil. Elle essaye de me persuader d’aller une journée à la mer avec elle. Je cède.

    On passe trois journées comme elle ne m’en a rarement offert, même aux premiers jours. Amoureuse, me prenant dans ses bras, me regardant tendrement, puis avec admiration quand je dois aller la chercher à la nage. Une Idylle, mon rêve depuis 12 ans. On parle à en perdre haleine, (surtout d’elle) Merci C. pour ce cadeau d’adieu.

    Ensuite, je coupe court à ses tergiversations et ses voltefaces, qui durent une ou deux semaines (je lui avais demandé un choix clair et précis, lui ou moi, elle n’a jamais su me le dire, c’est moi qui ai dû trancher)

    « Adieu, je ne veux plus te voir. »

    Rideau.

    • Alexandre

      Courage à vous…. Merci de ce partage de vos instants de vie.

      Soyez fort.

  3. Bonjour;
    Je souhaiterai avoir l’avis de quelqu’un de neutre au sujet d’une femme faisant partie de la famille de mon mari. Selon moi c’est une manipulatrice mais je ne suis pas trés objective!

    Au premier abord, lors des présentations c’est une femme charmante, très avenante, presque trop…. Elle vous met tellement en valeur qu’il vous semble être le messie en personne! Elle tient a vous emmener partout, vous présenter à tout le monde. D’une certaine façon elle est charismatique même si c’est davantage une autorité naturelle, ainsi vous comprenez rapidement qu’elle dirige son « troupeau » si j’ose dire.
    En effet on pourrait croire que le soleil gravite autour d’elle, elle décide souvent pour les autres, coupe régulièrement la parole lorsqu’elle n’est pas au cœur des discussions, ne supporte pas la contradiction, est méchante et insultante envers son époux…. Déjà cela me dérangeait fortement, mais au fil du temps je me suis apercue qu’elle met son nez partout y compris dans mon couple et celui des autres membres de la famille, comme si son dernier mot comptait plus que tout au monde! Ainsi elle essaie de manipuler tout le monde en faisant des « confidences » qu’elle demande de garder secrètes a tout prix, puis qu’elle révèle devant tout le monde en ajoutant  » ah bon? il/elle ne vous a pas dit? » En vulgaire elle FOUT SA MERDE et tout est bon pour faire passer sa proie du moment pour une grosse truffe! Cependant presque personne ne trouve grâce a ses yeux hormis ses enfants et neveux. Les « piéces rapportées » ne sont jamais assez bien, elle critique assidument et de façon très acerbe tout et tout le monde, impose son opinion avec fermeté….
    Le meilleur ou le pire la dedans c’est que cette femme ne supporte pas l’intelligence des autres, comme si cela la menaçait; elle m^me en manque je dirai aucune ouverture d’esprit, elle s’emporte dés qu’on lui tient tête, est trés hypocrite (a l’extrême). Je me suis rapidement fait une bien piètre opinion d’elle, mais aujourd’hui je redoute qu’elle ne brise mon couple qui prospère depuis 12 ans maintenant et je vois bien ce qu’elle essaie de faire; pour ma part je la voie comme un crotale, une vipère pernicieuse qui instille son venin dans les relations des autres. Merci d’avoir lu ce « pavé » s vous êtes arrivé au bout, mais parfois ça fait du bien de lâcher les vannes, car bien entendu tout ceci je le garde pour moi, j’entretiens avec elle des relations froides et polies car tout le monde est sous sa coupe et je ne veux pas me disputer avec eux.

  4. Marie Lou

    Bonjour,
    Comment « aider » ou « réveiller » la victime qui se laisse engluer dans une de ces histoires sordides ?
    Mon meilleur ami est petit à petit en train de tomber dans cette dépendance. Cette femme est très gentille, très intelligente, d’une curiosité et d’une immense générosité. Un peu avant leur rencontre, elle a mené sa petite enquête dans son cercle relationnel dont moi, j’en ai eu connaissance et reste méfiante.
    Dans un premier temps tout le monde y a cru, après 3 mois de cette relation; elle l’a quitté pour aller voir ailleurs. Elle est revenue 5 mois après dans sa vie, et leur relation semble reprendre, elle est omniprésente et le maintient dans une sorte de pression (elle met du temps à répondre à un message, il s’énerve, s’impatiente puis ensuite elle ne cesse d’en envoyer).
    Lui renonce à ses projets, a un comportement de plus en plus bizarre, devient menteur, oublie ses engagements, dit une chose et fait le contraire, tient des propos que je ne lui connaissais pas et devient très agressif ou se ferme à tout dialogue. Par contre il parle avec des personnes qui ne le connaissent pas beaucoup, critique et juge ses amis. Quand nous essayons de comprendre la situation, il répond qu’il a une vie et qu’elle est la femme qui lui fait prendre conscience qu’il faut qu’il change et s’aime.
    Alors si des hommes ont été confronté à ça, comment avez vous vécu cette phase ? Comment vos ami(e)s auraient pu vous aider ? Et la grande question… est ce que vous étiez en mesure de comprendre une autre personne que votre bourreau ? Devons nous couper les ponts avec lui pour ne pas nous fâcher et attendre la suite des évenements ?
    Merci à vous

  5. Inconnue x

    Nous on est un couple de pervers narcissique et autant dire que cela fait des étincelles mais au final – par – = + et le résultat est pas mal … mais personne ne peut nous voir en peinture …

    • napoléon

      Vous avez des détails ?
      Je suis moi-même tombé sous le charme d’une manipulatrice, il y a 15 ans, qui sortait d’une relation avec un vrai PN.
      Je la soupçonne de l’être elle aussi. J’aimerais savoir.
      On vient de se séparer.
      Je suis mort à l’intérieur, anéanti.

  6. Elle est vachement longue cette liste ! En tout cas, ça va aider beaucoup de gens à ne pas tomber dans les bras de toutes ces femmes trop calculatrices en amour ! Merci d’avoir partagé toutes ces infos !

  7. Ma mère me pourri de façon illégal comment puis-je faire

    • Prenez vos distances avec votre mére est votre seul rempart.
      Cordialement,

  8. Pour les femmes et les hommes manipulatrices/manipulateurs, ne vous vanter pas trop d’avoir un QI extra ou un qlqconque attribut ( comme celle qui a commenté plus bas). Une fois morte/mort dans votre cercueil, votre QI ni votre argent/métier ne vous seront d’aucun secour. Seules les bonnes actions nous accompagnent apres notre mort. Notre prophete Mohammed sws a dit que celui ou celle qui a le poids d’une graine de moutarde d’orgueil/de supériorité dans son coeur, il/elle ne rentrera pas au Paradis. Repentez vous aupres de Dieu, nous sommes tous et toutes egaux, fils et fille du même père ( Adam) . Consulter un psy ! Qu’Allah nous protège du mal de ses ctéatures.

  9. En réponse à cette dame au prénom inconnue et qui ne comprends rien aux hommes avec ses soit disant 165 de QI. Je ne vous dirai qu’une chose : Allez consulter un psychiatre ! Je vous souhaite un prompt rétablissement.

  10. christophe

    bonjour

    Inconnue dit : mais détruire un homme c’est aussi facile (si on est stratégique logique) que pour un homme qui frappe et peut tuer physiquement sa femme (parce qu’il n’a pas de couille).

    Mme Elisabeth Badinter dans son livre « Fausse route » a démontré, statistiques à l’appui qu’il y avait autant de violence psychiques et de harcèlement moral des femmes à l’égard des hommes que l’inverse.

    Le harcèlement des femmes à l’égard des hommes déclenche la violence physique des hommes à l’égard des femmes ou à leur égard ! Car souvent l’homme se suicide au sein d’une dépression pour fuir la perversité narcissique de sa femme !

    Et ça personne ne veut le voir car la société n’est pas prête à l’admettre et les victimes ont préféré se donner la mort !

    • napoléon

      Ca fait bien longtemps que je parle de ça à mon entourage, on me rit au nez, ou on ne comprend pas…

  11. inconnue

    Bonjour,

    Je fais partie des quelques 20 points des femmes castratrices et j’assume, sauf que chez moi c’est innée, je suis née dans une famille MATRIARCALE ça fait partie de mon éducation…en faite comment je vois l’homme: un être faible qui croit que parce qu’il a un pénis il est un homme, faible parce que son métabolisme est d’être accroc souvent par le sexe il y a donc faiblesse aussi puisqu’ils seraient malade s’ils se soulageraient pas…mais qu’est ce qu’un homme? Si les mères arrêtaient d’être en adoration sur le pénis freudien de leurs nouveau-nés aux détriments des filles l’avenir serait meilleur pour tous! J’aime aller vers des hommes de pouvoir les forts, leur dire ce qu’ils veulent entendre (j’ai 165 de Qi et un putin de bagage intellectuelle j’ai un don pour voir beaucoup plus qu’il n’en faut) devenir ce qu’ils veulent que je sois et une fois que l’autre est dans la confiance totale, là symboliquement je sorts le jeu d’échec (joueuse d’échec) et j’ attaque le Roi et là je jubile comme une psychopathe…je lui retire toute sa fierté après m’être nourrie de toutes ses connaissances et savoirs (je deviens « lui » et l’élève qui abat son prof)…non les hommes faibles je les fréquente pas, ils se suicideraient trop facile pour moi je préfère la difficulté. Le seule homme que je respecte est mon vieux père qui n’a rien d’un homme lambda avec un Qi aussi élevé que le mien…en faite je n’aime pas les hommes car ils sont « faibles » pour beaucoup (si leurs mère les autonomisaient plus tôt dés l’enfance le garçon sera libre d’esprits à l’avenir plutôt que des les abêtir aux berceaux pfffff )…j’ai une dent contre ces mères toutes puissantes qui peuvent fabriquer des grands cons, arrivés à l’âge adulte, et ses pères souvent absents…j’ai une partie sage qui n’agit pas tout de suite mais détruire un homme c’est aussi facile (si on est stratégique logique) que pour un homme qui frappe et peut tuer physiquement sa femme (parce qu’il n’a pas de couille).

    • Bonsoir Madame,
      J’ai beaucoup appréciée vôtre commentaire! Je suis une femme très dominante ! Mais vous êtes à un niveau supérieur ! Acceptez vous d’échanger par e-mail ?
      Cordialement.
      Katia

    • Réponse à Inconnue publié le 4 décembre 2016

    • Inconnue1

      Bonjour inconnue
      Vue que vous êtes la reine et que je suis une victime qui sors d’une relation … j’aimerais vous relater mon histoire et si vous pouviez me donner votre avis si j’étais avec une PN ou pas.
      Merci Queen Inconnue

    • Philippe

      Allez vite consulter un psychiatre !!!!!

    • djuba

      En effet vous avez parfaitement défini l les caractéristiques de ce trouble de la personnalité vous êtes ainsi chères dame,mais cela reste votre problème c ‘est votre guerre, vous contre vous, votre vision des hommes est très juste l homme ne serait qu’un simple pénis dénué de sentiments profond il serait dénué de toute les caractéristiques de l’être humain ,les sentiments,l’empathie, etc etc,ceci étant chère dame ,vous avez cette capacité a repérer les hommes fières et solide ces hommes que vous ne fréquentais pas ,car vous savez que vous allez vous casser les dents, cela vous les fuyez ,pour la simple et bonne raison que perdre ne fait pas parti de vos concept.

    • sébastien

      Chère inconnue,

      Je ne vais pas prendre votre message pour une provocation ou encore pour un défi, cela reviendrait à rentrer dans votre jeu, ce que précisément vous n’aimeriez que trop. Mais je doute que le fond soit vrai, tant l’écart entre le fond (par exemple les fameux 165 de QI) et la forme (les multiples fautes d’orthographe) est abyssal. Merci de m’avoir amusé.

    • Le bonheur c’est la simplicité, avec votre cerveau à priori « trop developpé », la torture d’esprit que vous vous infligez contamine forcement vos proches et avec les hommes c’est plus facile puisque vous vendez votre corps dans un subtil chantage affectif.
      Je crois qu’il faut vous abestir, ça vous ferez du bien. Essayez le sado masochiste en soumise avec cuirasse, pic et fouet.
      Merci.

  12. Dominique

    Après 30 ans de vie commune, on s’est séparés, j’ai eu l’audace de tenir tête et de lui proposé de partir; ce qu’elle diffuse partout, tout est de ma faute bien sûr, mais ça fait un tri des gens intelligents. La difficulté pour moi, pour mon avenir (j’ai 55 ans), c’est que j’ai lâché en commun tous mes biens hérités , et qu’elle veut la moitié. Ma vie d’artisan ne me donne pas (encore?) d’aisance financière, alors qu’elle gagne très bien sa vie; j’y ai,je pense, bien contribué! Difficile de justifier l’utilisation de mes capitaux, je n’y ai pas fait attention; trop bon, trop con.Mais je ne m’en veux pas, j’ai au moins été bon, et je veux le rester, avec cette empathie qui me caractérise. Je tente de trouver la bonne piste pour , sans procédures longues,récupérer un peu de capital investi, malgré qu’elle ai la loi pour elle, et la facilité de victimisation des femmes!!! J’ai pensé faire une page internet à ce sujet, car je pense effectivement que bien plus d’hommes qu’on ne le pense en souffrent, en silence, dans leur coin! C’est très dur de se sentir tellement vidé! TOUT ce que je faisait ou disait était contredit, un travail de sape!Sauf devant d’autres personnes!Et si toute personne intéressée me versait 1€, on pourrait peut-être s’en sortit avec un truc comme ça? Je savoure les premiers signes de libération, en attendant la traversée de ce deuil! Bon courage et persévérence à tous! Dominique

    • Demaneder une compensation à votre ex femme! Cela ce fait sans problème…. d’abord par arrongement à l’amiable… si non au Civil

  13. laporte

    Bonjour,

    Apres 15 années de vie commune avec une manipulatrice perverse et enfin séparé depuis 2 ans et très heureux, je me demande si on ne pourrait pas finalement tenter de rire de cette expérience (quand c’est possible).

    Pour moi ce serait rire des humiliations que j ai vécues car cela me permet de les accueillir et donc de m’en libérer.

    Alors je contribute avec l’un de mes BEST OF vécu:
    La scene: sur notre lit, je fais la sieste
    Elle me rejoint, une fois n’est pas coutume
    Je prends l’initiative de lui faire l’amour….elle accepte, je m en rejouis
    sa meilleure copine appelle quelques minutes après, elle decroche et elles parlent de la pluie et du beau temps pendant plusieurs minutes…je cesse mon etreinte…
    et puis voila, c’est tout.Ni elle ni moi n’allons commenter cela.
    Ni un brin d’excuses ou d’explications de sa part, mais pas non plus de demande de la mienne….
    Je me suis senti humilié et je n’ai meme pas eu le courage de le lui dire de peur de ses jugements…
    Elle aurait très bien pu me dire par exemple: et bien quoi ma copine m’appelle, je decroche, non? pas toi?….faisant délicieusement abstraction de ce que nous étions en train de faire…

    Quelle fiotte j’ai été…et finalement que c’est bon d’accepter de l’avoir été puisque c’est bien ce que ressentais avant et c’était douloureux.
    Aujourd’hui je peux la remercier et cet episode à été l’un des déclencheurs de notre separation que j’ai initiée…et que j ai fini par obtenir.

    Le Bonheur que je vis chaque jour, je le dois aussi a cet évènement.

    Et parfois je m imagine avec cet air renfrogné du gamin qui a été humilié et qui n’a pas obtenu ce qu il voulait a ce moment là.

    Et avec le recul, d’aujourd’hui cela me fait beaucoup rire 🙂
    …en attendant elle ne semble pas beaucoup rire dans sa nouvelle vie….ça cà ne me fait meme pas rire….:-)

    Rappelez vous: ce ne sont pas les évènements qui vous blessent, c’est votre interpretation de ceux cis….donc c’est bien vous qui vous faites souffrir …:-)
    Les autres peuvent tenter de le faire…Mais quand on refuse un cadeau, il appartient toujours a la personne qui veut vous l’offrir.
    Donc a l’inverse quand on veut vous blesser, vous etre libre de l’accepter ou pas…moi maintenant je dis systématiquement et poliment non merci…:-) et ca marche!!!
    BIZOUX
    Sylvain

Laissez ici Votre Commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Pin It on Pinterest

Share This